Fleur de Tonnerre – Jean Teulé

C’est après avoir découvert deux de ses précédents livres que je me suis tout naturellement dirigée vers le nouveau roman de Jean Teulé pour en parcourir ses pages. Fleur de Tonnerre est paru aux éditions Julliard en mars 2013. Repéré dès sa sortie, il m’aura fallu attendre jusqu’au mois d’octobre pour pouvoir emprunter l’exemplaire disponible à la bibliothèque où je me rends, tant il était réservé par d’autres lecteurs. L’attente a été longue, mais après lecture, je peux vous dire qu’elle en valait la peine !

Fleur de Tonnerre - Jean Teulé

L’auteur prend pour base de son intrigue l’histoire (vraie) d’Hélène Jégado, une empoisonneuse bretonne célèbre du XIXè siècle. Le lecteur découvre alors Hélène dès son plus jeune âge, accompagnée de sa mère, qui la surnomme Fleur de Tonnerre, en référence à une plante. Un surnom on ne peut plus évocateur, qui prendra tout son sens au fil des pages. Telle la foudre qui s’abat, Hélène Jégado sème la mort partout où elle passe. Habitée par la légende de l’Ankou, personnification de la Mort dans les contrées basses-bretonnes, Fleur de Tonnerre tue, empoisonne, guidée par la mission qui lui semble confiée. Après une première tentative d’empoisonnement avortée, sa première victime n’est autre que sa mère, à qui elle fait discrètement avaler des baies de belladone, une plante hautement toxique. Première, mais sûrement pas dernière : au cours de sa vie, jusqu’à l’âge de 49 ans, Hélène fait un grand nombre de victimes. Famille, hommes d’Eglise, enfants, personne n’est épargné. C’est le 26 février 1852 qu’Hélène Jégado est exécutée, coupable de tant de crimes commis tout au long de ces années.

Ce roman m’a paru moins « trash » que les précédents (de ce que j’en ai lu), pas tout à fait du même genre (lisez Mangez-le si vous voulez, vous comprendrez). Pour autant, j’ai été captivée par l’histoire, par le destin peu commun d’Hélène. A chaque nouveau crime, on sent les choses arriver, mais je n’ai pu m’empêcher de me demander : « Non, quand même, elle ne va pas le faire…? ». C’est ce qui m’a poussé à tourner les pages suivantes : quand allait-elle s’arrêter ? Pourquoi faisait-elle tout cela ? Ne ressent-elle donc rien…? Ce que j’ai aussi apprécié, c’est qu’en dépit des différences ressenties, je suis parvenue à retrouver ce trait d’humour propre à l’auteur, ce qui ajoute à l’intérêt déjà porté à ce roman. S’esquisse également à travers les lignes écrites par Jean Teulé le portrait d’une partie de la Bretagne au XIXè siècle, marquée par ses coutumes et ses légendes celtiques, dans une époque ou la religion catholique progressait dans les campagnes. Je me suis facilement représentée le décor dans lequel s’inscrivait l’intrigue, bien que je ne connaisse rien à la Bretagne et à ses paysages…

C’est donc avec une touche positive en matière de lecture que j’ai terminé ce mois d’octobre ! 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 comments

    • Lis-moi si tu veux a dit :

      Il est vrai que j’ai eu cette impression-là aussi, mais la curiosité m’a poussée à vouloir connaître la suite. Et à un moment, j’ai trouvé que l’intrigue prenait un peu une autre dimension. Après, reposant sur des faits réels, il est difficile d’envisager l’histoire autrement. 🙂

Laisser un commentaire