La demoiselle des tic-tac – Nathalie Hug

Pour cette nouvelle sélection des blogueurs proposée par le Livre de Poche, mon choix s’est porté sur La demoiselle des tic-tac, de Nathalie Hug. Initialement paru aux éditions Calmann-Levy en mars 2012, il a été réédité fin janvier 2014 par les éditions du Livre de Poche. J’ai donc eu cette fois-ci la chance encore de le recevoir gracieusement afin de pouvoir vous proposer mon avis. A noter que ce livre fait partie de la sélection du Prix des Lecteurs 2014, catégorie Littérature.

La demoiselle des tic-tac - Nathalie HUG

© Le Livre de Poche

1944, la France est progressivement libérée de l’Occupation allemande.

7 ans plus tôt, Rosy et Mutti, sa mère, toutes deux de nationalité allemande, sont venues s’installer en Moselle, territoire annexé par le passé à l’Allemagne. L’animosité entre Français et Allemands est plus que palpable ; les deux femmes sont rejetées par la population, d’autant plus que Mutti idolâtre Hitler. En 1940, un an après le début de la guerre, la Moselle est envahie par les Allemands, leurs conditions de vie s’en trouvant ainsi améliorées.

Mais à cet instant, en 1944, Rosy et sa mère tentent d’échapper aux bombardements des Alliés. La jeune fille tente de survivre comme elle peut, en se plongeant dans ses souvenirs de famille, en pensant à son oncle Edy qu’elle aimait tant, avec sa poule et des araignées qu’Edy surnommaient les tic-tac pour seule compagnie.

Si j’ai choisi ce roman, c’est parce que je porte un intérêt tout particulier pour les fictions se déroulant à l’époque de la Seconde Guerre mondiale. Quand celles-ci sont bien documentées, et même si cela reste des œuvres de fiction, on peut toujours en apprendre un peu plus sur l’Histoire de cette époque. Avec ce livre, mon attention s’est portée sur des informations concernant la position de la région Lorraine pendant la Seconde Guerre mondiale, et comment les choses pouvaient être vécues dans cette partie de la France. Je n’ai pas oublié que ceci était une fiction, néanmoins, cela m’a poussée à aller glaner quelques informations à ce sujet. Je pense d’ailleurs que si mes connaissances avaient été un peu plus poussées sur la question, j’aurais encore davantage apprécié ce roman.

L’histoire est racontée du point de vue de Rosy. C’est une jeune fille tiraillée entre les espoirs que place sa mère en elle, entre ce qu’il convient de dire, penser et faire et les questions qu’elle se pose. C’est avec ce regard d’enfant, parfois tellement lucide, qu’on s’interroge avec elle sur ce qu’elle découvre, vit, subit… Une histoire narrée du point de vue d’un enfant, un personnage qui oscille entre innocence et questionnements, renforce (de mon point de vue) l’impact qu’aura le récit sur son lecteur.

Merci au Livre de Poche pour cet envoi, je suis réellement contente d’avoir pu faire cette découverte, même s’il m’aurait probablement fallu davantage de connaissances sur ce point précis de l’Histoire (notamment sur la situation de la Lorraine durant les différents conflits qui se sont succédés) pour mieux cerner et savourer ce roman.

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 comments

  1. mgoussu a dit :

    Merci de cette chronique. J’ai aussi chroniqué le livre dan sle cadre du prix des lecteurs, et j’ai été moins attiré que toi par celui-ci. On apprend des choses, c’est sûr,e t c’est très bien, mais pour moi, l’émotion n’y est pas.
    Comme quoi, on ne peut pas plaire à tout le monde.

Laisser un commentaire