La tête à Toto – Sandra Kollender

Je reviens aujourd’hui sur le blog avec une lecture dénichée grâce à la sélection des blogueurs du mois de mai proposée par le Livre de Poche. Parmi la liste se trouvait ce roman, La tête à Toto, de Sandra Kollender (initialement paru aux éditions Steinkis en février 2012). C’est un court roman (192 pages), dont le résumé, qui accompagnait ce titre, a éveillé ma curiosité (plus la mention « Finaliste du Grand Prix des Lectrices de Elle », il faut l’avouer)…

La tête à toto - Sandra Kollender

© Le Livre de Poche

En écho au vécu personnel de son auteure, ce roman nous fait partager l’expérience d’une mère, Anna, et de Noé, son enfant, atteint du syndrome de West, une maladie neurologique handicapante. Après qu’elle ait surmonté quelques temps auparavant l’épreuve de la perte d’un être cher, la santé de son enfant soulève des doutes au quotidien. Plusieurs consultations médicales s’enchaînent, puis le diagnostic tombe. Comme un couperet, symbolisant le début d’un combat contre la maladie, d’une totale abnégation de la part d’Anna, pour le bien-être de son très jeune fils. Elle se heurte aux refus des administrations concernant la scolarisation de Noé, aux idées pré-conçues et bien ancrées des professionnels dont le rôle est pourtant de les prendre en charge et de les accompagner face au handicap dans des conditions optimales. Jusqu’au au jour où l’espoir commence à renaître…

Ce livre, je l’ai parcouru en deux bonnes heures. Attention, cette remarque n’a rien de négatif, bien au contraire. Si le lecteur se contentait de lire le résumé sans aller au-delà, il pourrait penser à un récit triste, larmoyant… Il n’en est rien. Par ses petites répliques pleines d’humour et d’ironie, Sandra Kollender ne se contente pas de relater les faits d’un parcours difficile, elles les rend acceptables, vivables, pour Anna et donc pour Noé. Cet humour n’est jamais aux dépens de qui que ce soit, on ressent tout l’amour que son personnage (elle ?) a pour son enfant (le sien, nul doute ?). Chaque « titre » de chapitre donne d’ailleurs le ton. Tous ces éléments, ce mélange d’amour, de force et d’humour, c’est ce qui fait le cœur de cette histoire. Mais au-delà de la dimension personnelle que recouvre le roman, c’était probablement aussi l’occasion pour l’auteure de mettre le doigt, plus ou moins directement, sur les difficultés (et les injustices) rencontrées par les familles concernées par cette problématique.

Vous l’aurez compris, cette lecture m’a beaucoup plu ! Merci au Livre de Poche pour cet envoi !

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 comments

Laisser un commentaire