Le Voisin – Tatiana de Rosnay

Aujourd’hui, en remettant le nez dans mes anciennes lectures, je suis tombée sur un livre que j’avais tout particulièrement apprécié. Il s’agit d’un roman de Tatiana de Rosnay : Le Voisin (sorti en 2000 aux éditions Plon, puis en 2011 aux éditions du Livre de Poche). J’avais lu Boomerang, de la même auteure (que j’avais également beaucoup aimé), mais dans le cas présent, j’ai trouvé le registre de l’intrigue un peu différent.

Note : Tatiana de Rosnay est notamment connu pour son roman Elle s’appelait Sarah, adapté au cinéma en 2010.

Le voisin - Tatiana de Rosnay

© Le Livre de Poche 

Au programme ce roman : une bonne dose de suspense !

Résumé : 

Colombe Barou, une jeune femme droite et discrète, occupe un poste de nègre au sein d’une maison d’édition. Elle est donc chargée d’écrire des romans dans l’ombre des personnes qui seront déclarées comme auteurs légitimes… Peu épanouie dans son travail, elle rêve secrètement de passer dans la lumière, et d’être reconnue en tant qu’auteure. Son mari, Stéphane, et elle sont parents de jumeaux, Balthazar et Oscar, mais son mari est souvent absent pour raisons professionnelles. Ils ont en apparence presque tout pour être heureux. Mais derrière les apparences peuvent se révéler certains secrets… Tout commence lorsque Colombe et sa famille emménagent dans un nouvel appartement, qui convient parfaitement à leurs désirs. Leur quotidien est donc bien rôdé, mais un élément va venir perturber les habitudes de la conventionnelle Colombe Barou. Toutes les nuits, le voisin du dessus, juste au niveau de la chambre de Colombe, allume sa musique à fond et vient perturber (volontairement) son sommeil. Toutes les nuits, presque toujours à la même heure… Colombe en parle à son mari lorsqu’il revient à la maison, mais rien ne se passe… La fatigue s’accumule, les nerfs sont mis à rude épreuve… Progressivement, la douce Colombe se rebelle et mène sa petite enquête… Mais la curiosité mène parfois à des chemins vers lesquels on ne veut pas aller…

Mon avis

Comme je l’écrivais au début de cet article, j’ai beaucoup apprécié cette lecture. Je me souviens d’ailleurs ne pas avoir mis longtemps avant de le terminer (les temps de trajet quotidien en train aidant). Ce que j’ai apprécié, c’est la juste et bonne dose de suspense et de tension que l’on retrouve au fil de l’intrigue. Qui est ce fameux voisin ? Pourquoi a t-il déclaré les hostilités ? Et comment Colombe parviendra t-elle à mettre fin à ce manège ? Elle qui est toujours dans l’ombre de sa soeur Claire, elle finira par révéler une toute autre personnalité, toujours plus déterminée et affirmée. Ce sont ces aspects qui la mèneront vers des vérités essentielles… Je me suis prise au jeu de retrouver lors de chaque épisode nocturne Colombe face aux nuisances sonores de son voisin, lesquelles lui permettent de faire passer certains messages. L’intrigue offre aussi en plus du suspense une bonne dose de subtilité, appréciable, car cela empêche au lecteur de deviner la fin de l’histoire. La lecture est fluide, le lecteur est emporté par l’envie de découvrir le dénouement.

En résumé : J’ai adoré !

2 comments

  1. Lisiane a dit :

    Bonjour! Découverte de votre blog aujourd’hui même et premier commentaire dans la foulée. J’avais également adoré « No et moi » que j’ai relu plus d’une fois depuis. Il faudra que je laisse une chance à ses autres ouvrages…un jour! Par contre, j’avais été énormément déçue par « Le voisin ». C’est une amie que me l’avait recommandé. Mais étant une grande fan d’Ira Levin – « Un bébé pour rosemary » avait été un de mes gros coups de coeur de jeunesse – j’ai eu du mal a apprécier celui-ci. L’intrigue des deux romans commence de la même façon mais, comparé au dénouement du roman d’Ira Levin, j’ai trouvé que la fin du « voisin » trop banale. J’aurai aimé pouvoir le lire avant!

    • Lis-moi si tu veux a dit :

      Bonsoir et bienvenue 🙂

      « No et moi » fait vraiment partie de ces romans que je n’hésiterai pas à relire, j’ai beaucoup adoré aussi. Pour m’être essayée à la lecture de deux autres romans de Delphine de Vigan (« Les heures souterraines » et « Rien ne s’oppose à la nuit », je ne saurai que trop vous en recommander également la lecture !

      Je ne connais pas Ira Levin, mais je garde ce nom et ce titre en tête pour tenter d’y découvrir ultérieurement 🙂 Effectivement, lorsqu’il existe des similitudes dans l’intrigue de plusieurs romans, il est tentant de comparer. L’effet « déjà-vu » peut venir modifier l’impression de lecture. Comme vous dites, il aurait fallu pouvoir le lire avant ! ^^

Laisser un commentaire