Nos faces cachées – Amy Harmon

Nos faces cachées - Amy HarmonNos faces cachées est un roman d’Amy Harmon, paru aux éditions Robert Laffont, collection R, en janvier 2015. Je n’avais pas prévu de le lire, car je ne le connaissais même pas, mais à force de le voir passer sur les blogs et sur les réseaux sociaux, avec des avis plus qu’enthousiastes, j’ai cédé à la tentation de l’acheter. Je conservais quand même une pointe de doute à son sujet, l’image et la quatrième de couverture me faisant penser à une romance, genre que je n’apprécie pas vraiment. Je peux d’ores et déjà vous confier une chose, si vous vous trouvez dans ce même cas de figure : ne vous fiez pas à ces éléments, vous serez surpris par sa lecture !

Lorsqu’elle n’est pas avec son cousin et fidèle ami Bailey,Fern Taylor aime rêver le nez dans ses romances. Depuis toujours, ou presque, elle fantasme sur le beau Ambrose Young, beau gosse bien entouré, parmi les gens populaires au lycée. Peu sûre d’elle, jamais elle n’est passée à l’action, malgré les sentiments qu’elle garde en elle depuis des années ; tout juste se contentera t-elle de rédiger des lettres d’amours exprimant de manière cachée son amour, celles-ci étant signées par une autre qu’elle, son amie Rita, qui sort avec le fameux Ambrose. Un terrible jour va pourtant faire basculer le cours de leurs destins, celui d’Ambrose en particulier. Un jour, un drame, qui marquera une profonde rupture avec leur quotidien, leur passé, changeant à jamais leurs relations et leur rapport au monde.

Avec ces quelques lignes, on pourrait simplement penser à une histoire impossible entre le vilain petit canard du lycée et le beau gosse dont toutes les filles rêvent. Du sentiment dégoulinant, du pathos à foison… Penser qu’il s’agit là d’une banale histoire de lycéens… Eh bien non. Ce livre va bien plus loin que cela. La première partie de l’histoire semble planter le décor de l’intrigue, en présentant chacun des protagonistes, les relations qui existent entre eux. Le reste marque une véritable rupture, un bouleversement dont je n’ose vous révéler la teneur, de peur de vous priver de ces émotions qui ont fait basculer ma lecture, tant cet élément m’a fichu un sacré coup, n’ayant rien vu venir. La construction même du récit apporte aussi un véritable plus à l’ensemble : des flash-backs entrecoupent le fil de l’histoire, aidant le lecteur à mieux comprendre l’enjeu ou la saveur si spéciale de situations vécues par les personnages, dont on partage alors quelques souvenirs et anecdotes.

Chaque personnage qui compose cette histoire apporte son sens à l’ensemble. Impossible de ne pas s’attacher à Bailey, Fern et Ambrose, et les autres… Leur psychologie semble vraiment réfléchie, tout à fait vraisemblable. Ainsi, en partageant leurs pensées les plus intimes, leurs souvenirs enfouis en eux, impossible de ne pas s’attacher à eux. Je me suis tout particulièrement sentie proche de Fern, allant parfois jusqu’à m’identifier à elle dans sa manière d’être et de penser. Pas de clichés ici, comme on pourrait habituellement en trouver dans ce genre d’histoire (moi et les à priori sur les romances). Je n’ai pas été émue aux larmes comme certains d’entre vous ont pu l’être en lisant ce roman. Néanmoins, j’ai été touchée par tout cela. Par l’Amour (oui, avec un grand A), vécu sous tous ses angles, pas seulement celui du couple, mais bien plus. Un Amour sur lequel chacun se repose pour avancer et se reconstruire dans le regard de l’autre. De celui dont chacun d’entre nous a besoin jour après jour…

Je terminerai cette chronique en adressant un merci à la blogosphère, sans qui je serais sans doute passer à côté de cette belle histoire…

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 comments

Laisser un commentaire