Nous étions faits pour être heureux – Véronique Olmi

C’est sur les conseils d’une lectrice de la bibliothèque où je travaille (il arrive que les conseils se donnent aussi dans ce sens), et après avoir regardé le passage de l’auteure à l’émission La Grande Librairie (sur France 5, le 18 octobre 2012) dans lequel elle présentait son dernier roman, que je me suis décidée à lire Nous étions faits pour être heureux, de Véronique Olmi, publié aux éditions Albin Michel, en août 2012.

nous étions faits pour être heureux

Résumé 

Serge et Lucie forment un couple heureux, bien qu’une trentaine d’années les séparent. Il a soixante ans, elle en a trente. Il est agent immobilier, Lucie est une belle femme, ils ont ensemble deux beaux enfants, une fille et un garçon… Le tableau rêvé de la famille idéale. Suzanne, la quarantaine passée, est accordeuse de pianos. Elle vit en couple avec Antoine, ils n’ont pas d’enfants. Dans le cadre de son travail, Suzanne se rend chez Serge et Lucie, pour accorder le piano sur lequel leur fils fait ses premières gammes. Une rencontre furtive et banale en apparence, tout comme l’est Suzanne, mais qui symbolise le point de départ d’une passion naissante entre Serge et elle, et peut-être le début d’une nouvelle vie, libérée des secrets que chacun peut renfermer en soi…

Mon avis 

Le hasard a fait que j’ai commencé cette lecture peu de temps après la date à laquelle commence cette histoire, le 18 octobre 2012. Je ne saurais pas très bien expliquer pourquoi, mais cet élément m’a permis de mieux de me projeter dans l’histoire, de matérialiser plus facilement dans mon esprit l’atmosphère et le contexte de l’intrigue (Paris, et plus particulièrement Montmartre, en plein coeur de l’automne).

J’ai trouvé le personnage de Serge très touchant, je n’ai pas eu envie de le juger, bien au contraire, j’ai eu envie de le comprendre… Une fascination, un coup de foudre ne s’explique pas. Cette attirance qu’il ressent pour Suzanne, il ne parvient pas lui même à se l’expliquer. Suzanne, attirée par Serge elle aussi, semble néanmoins plus distante… Elle est celle qui écoute Serge, qui attend un signe de lui pour se laisser aller pleinement à leur relation… Cette relation adultère, ce lien qui l’unit à Suzanne, poussera Serge à se confier, à livrer une partie de lui, un secret familial lié à son enfance et à une relation chaotique avec son père (le mot ne semble pas assez fort). Chacun porte le poids de son passé. C’est ce qui qui définit la façon dont Serge se projette au présent. Spectateur de sa propre vie, partagée entre son travail et sa famille, il est alors pour lui difficile de construire une vraie relation père-fils avec son propre enfant…

On pourrait penser à une banale histoire d’adultère, sauf qu’il n’en est rien. Le rapport entre cette femme et cet homme n’a rien de commun. Au delà de la simple relation charnelle se profile un véritable don de soi. Donner et recevoir, c’est exactement ce qui semble définir la relation qui lie Serge et Suzanne, comme un besoin vital réciproque pour avancer dans leurs vies respectives.

En résumé, Nous étions faits pour être heureux est un roman qui m’a touché, à l’atmosphère douce-amère, et c’est ce qui semble le caractériser…

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 comments

  1. Lizouzou a dit :

    C’est ma dernière lecture ^^
    J’aime beaucoup l’écriture de Véronique Olmi et j’ai passé un bon moment avec Suzanne et Serge ! Par contre le personnage de la femme de Serge m’a semblé peu crédible …

    • Lis-moi si tu veux a dit :

      Le personnage de Lucie ne m’a pas dérangé tant il m’est apparu secondaire. Je l’ai trouvé plutôt crédible, bien qu’un peu léger peut-être…
      Sinon, je découvre l’univers de Véronique Olmi pour la première fois. Mais « Cet été-là » est dans ma PAL, à voir, donc ! 🙂

Laisser un commentaire