Où on va, papa ? – Jean-Louis Fournier

Aborder le thème du handicap dans un livre, ce n’est jamais chose facile. Où on va, papa? est un texte de Jean-Louis Fournier, écrivain, mais aussi humoriste et réalisateur pour la télévision. Premièrement publié aux éditions Stock en 2008 et récompensé par le Prix Femina la même année, sa première réédition aux éditions du Livre de Poche date de 2010. Ces faits prennent appui sur son histoire personnelle, mais ce n’est pas l’auteur qui est atteint d’un handicap, ce sont ces deux enfants… Encore plus difficile, je trouve, à aborder…

Où on va, papa - J-L Fournier

© Le Livre de Poche

Résumé

Courte autobiographie (?) sous forme d’une lettre à ses deux enfants, Mathieu et Thomas, l’auteur retrace leur parcours de vie, leurs moments en famille, les difficultés qu’ils ont rencontré ensemble, père, mère, et enfants. Comment l’auteur n’a pas eu un, mais deux enfants handicapés… Ce qu’il a ressenti en élevant ses « deux petits oiseaux » comme ils les surnomme (tendrement ?). Jean-Louis Fournier raconte la façon dont il est passé de la joie de voir naître ses enfants, jusqu’au douloureux moment où il a pris conscience de ce qu’engendrerait ce poids dans sa vie et celles de ses enfants.

Mon avis

Une fois n’est pas coutume, je suis restée perplexe à la lecture de cette autobiographie (?). Lorsque j’ai fait l’acquisition de ce livre, j’avoue que je m’attendais à ce que l’auteur dépeigne un portrait attachant, aimant de ces enfants, en dépit du handicap. Un témoignage touchant, en somme. J’ai tenté de comprendre, j’ai attendu au fil des pages que s’esquisse ce que j’espérais. En vain. J’ai été (désagréablement) surprise de relever l’ironie et le cynisme dont Jean-Louis Fournier fait preuve en parlant de ses enfants. Je n’ai pas d’enfants, et j’ai justement tenu à échanger au sujet de ce livre avec mon propre père, afin de voir quelle était sa perception des choses, après lui avoir exposé le contenu du texte. Et j’ai été confortée dans mon idée qu’on ne devrait pas exposer ainsi un tel portrait de ses propres enfants, handicapés ou non. « Je n’ai pas eu de chance. J’ai joué à la loterie génétique, j’ai perdu. » ou encore « J’ai eu deux fins du monde. » : autant de propos qui m’ont vraiment laissée perplexe, même en sachant que l’auteur a pour habitude de faire dans l’humour. Certains passages laissent échapper un peu de tendresse et malgré tout, l’amour qu’il a pour ses enfants. Mais malheureusement, ce n’est pas ce que je retiens.

Peut-être que c’est moi qui n’ait rien compris. Mais j’ai choisi de me fier à mon ressenti. Et tant pis si je suis passée à côté de quelque chose. Peut-être qu’une future relecture me permettra de mieux aborder le contenu de ce livre, dans lequel certains perçoivent une manière de surmonter tout ça, sur le mode de l’humour… J’ai effectué quelques recherches, afin de glaner quelques réactions d’autres lecteurs… Plus intéressant encore, je suis tombée sur la réaction de l’ex-épouse de Jean-Louis Fournier, Agnès Brunet, mère de Mathieu et Thomas. « Les Matthieu et Thomas du livre ont peu de ressemblance avec nos enfants réels. Les vrais étaient plutôt mignons, ils parlaient, ils voyaient et entendaient, mangeaient seuls. Ils étaient propres, ils souriaient et riaient souvent », écrit-elle sur son blog. Pourtant basé sur des faits de vie réels, la maman des deux jeunes garçons tient à préciser qu’il ne s’agit pas là d’une autobiographie, mais d’un roman. Le contenu n’est selon elle pas fidèle à la réalité. C’est un débat auquel seuls les parents de ces deux enfants peuvent répondre.

Je terminerai juste cet article en affirmant que roman ou pas roman, je n’ai pas vraiment savouré ce livre. Je n’ai pas accepté émotionnellement parlant que l’on puisse se baser sur sa propre vie pour prendre le risque de dépeindre un tel portrait de ses enfants, romancé ou pas romancé. J’espère vraiment que ma chronique ne choquera personne. J’attends vos avis, vos retours de lecture, afin de savoir si je suis complètement à côté de la plaque ou non… Jamais un texte ne m’aura laissée si perplexe…

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 comments

  1. Lis-moi si tu veux a dit :

    Je tiens à vous faire partager le témoignage d’une personne que j’ai reçu par message. Son message m’a permis de comprendre certaines choses, même si je reste fidèle à mon ressenti. Mais il permet d’ouvrir le débat, c’est pourquoi je vous le fais partager. Cette personne m’a bien évidemment autorisée à le publier ici, mais de manière anonyme, afin de respecter sa vie privée :

    Bonjour,
    J’ai lu votre critique concernant le livre « Où on va papa ? » et je tenais à vous envoyer ces quelques mots afin de vous exprimer ce que j’ai ressenti à la lecture de ce livre.
    Je ne souhaite pas vous faire changer d’envie, juste échanger mon ressenti avec vous car je pense que l’échange est quelque chose d’important.
    Je suis la tata d’une enfant handicapée et les regards qui sont portés sur ma nièce sont le plus souvent des regards de mépris ou de pitié, alors quand un auteur parle du handicap avec humour, cela nous fait du bien, à nous qui sommes confrontés à cette réalité au quotidien. Pouvoir rire d’une chose qui nous tord le ventre est un soulagement. Les handicapés sont confrontés à la discrimination au quotidien alors pourvoir rire d’eux permet de les réintégrer dans la vie « normale » car s’interdire de rire d’eux les placent une fois de plus en marge des autres.
    Malgré l’amour que nous portons tous à cette petite fille, nous aussi, si nous avions eu le choix, aurions préféré qu’elle soit née « normale » car devoir vivre avec l’angoisse de la perdre, avec les difficultés qu’elle rencontre chaque jour pour manger, pour s’exprimer, etc…n’est franchement pas une partie de plaisir.
    Nous aussi avons eu la sensation d’avoir « perdu à la loterie de la génétique » dans notre famille !
    Pourvoir dire en plaisantant qu’avec elle, les marchands de lessive font fortune est plus drôle que de devoir reconnaitre qu’on n’en plus de devoir laver ses 10 bavoirs quotidiens parce qu’elle bave….!
    Alors, oui , j’ai adoré ce livre, j’y ai vu tout l’amour d’un père pour ses enfants et aussi tout son désespoir face à l’inéluctable.
    Bref, c’était juste le ressenti d’une lectrice et aussi d’une tata d’une enfant « pas tout à fait comme les autres »…
    J’espère que je ne vous ai pas choqué, je voulais juste partager un point de vue différent avec vous sur ce livre.
    Bonne journée.

    • tatam a dit :

      Bonjour, je viens de lire votre critique sur Babelio et ni une ni deux, il fallait que j’y réponde… et puis, je lis le commentaire de la tata d’un enfant handicapé ci-dessus et je me dis qu’il n’est plus besoin d’en rajouter, tout est dit…. Cette dame exprime très bien tout ce que je voulais dire. Je suis la maman d’un enfant handicapé. J’ai lu ce livre des semaines après l’avoir acheté… j’avais tellement peur… peur de m’effondrer… je me suis alors forcée de le lire chez le coiffeur, entourée de plein de gens, impossible donc dans ces conditions de se laisser aller… et j’ai ri…. j’ai tellement ri ! J’ai ri comme si je me vidais de toutes ces années de non-dits, de souffrances, de batailles… j’ai ri tout en pleurant…
      Alors, voilà, je voulais simplement dire que ce livre fait un bien fou aux personnes qui savent…
      Ma devise est : Ris ou crève…. j’ai décidé d’en rire, de rire avec lui, de rire de tout, même si parfois, j’en crève…
      Mais je comprends que sans enfant, et surtout sans enfant handicapé, on ne parvienne pas à entrer de plein pied dans le vécu de ce papa, dans la détresse de ce papa… j’ai vécu son malheur avec mes entrailles…. mais j’ai ri et je l’en remercie à jamais.
      Bien à vous,
      Tatam

      • Lis-moi si tu veux a dit :

        Je suis ouverte à toutes les réactions, et je n’ai pas d’avis complètement arrêté. Comme vous l’avez si bien signifié, je ne suis pas parvenue à entrer de plain pied dans le contenu de son histoire. En rédigeant cet article, je me suis fiée à mon ressenti, mais j’ai également tenu à publier, avec son accord, l’avis d’une personne qui n’était pas du tout d’accord avec moi, et qui m’a exposé ses arguments. Je les reçois sans problèmes. Cela permet de s’enrichir personnellement, et de comprendre pourquoi cet ouvrage a son succès…
        Merci pour votre commentaire, il s’inscrit dans la démarche que j’ai voulu d’ouvrir le débat sur ce livre.

Laisser un commentaire