Peine perdue – Olivier Adam

Peine perdue - Olivier Adam

Création Studio Flammarion.
Photo de couverture (détail) : © Abi Massey / Moment / Getty Images

Dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire 2014 de PriceMinister, j’ai eu la chance de recevoir le nouveau roman d’Olivier Adam, Peine perdue (Flammarion – août 2014). Pourquoi avoir choisi celui-ci parmi la sélection qui était proposée ? Parce que j’avais en tête le souvenir de ma lecture de son précédent roman, Les lisières, sorti pendant la rentrée littéraire 2012, et que j’étais curieuse de découvrir celui-ci. Pourtant d’autres choix me faisaient envie, mais je les lirai à un autre moment. Trèves de bla-bla, passons à l’essentiel, mon avis, précédé d’un résumé de l’histoire…

Antoine, star locale du football, est sauvagement agressé durant la nuit, près du camping de la station balnéaire pour lequel il travaille. Il sera retrouvé peu de temps après, abandonné sur un banc à proximité de l’hôpital, salement amoché. Une question se pose alors : qui est responsable de cette agression ? Le footballeur de l’équipe adverse à qui il avait asséné un coup de tête lors d’un match ? Des supporters de l’équipe ? Quelqu’un d’autre encore ? Curieux phénomène, une tempête s’abat sur la ville en même temps, causant beaucoup de dégâts matériels, mais pas seulement. Deux événements vécus de près ou de loin par vingt-deux personnes, dont on fait la connaissance chapitre après chapitre.

A l’aide de portraits croisés de personnages plus ou moins liés par les circonstances, Olivier Adam construit l’intrigue de son roman. Ce livre s’ouvre par la présentation du point central de cette histoire, Antoine. Le lecteur prend connaissance de l’environnement du jeune homme, de son histoire personnelle, de son parcours dans le football, jusqu’au moment où survient l’agression. S’ensuivent les portraits d’autres protagonistes, dont on fait aussi chacun la connaissance au fur et à mesure des chapitres. On serait en droit de se demander pourquoi l’auteur a pris l’angle suivant, à savoir la succession de personnages ayant juste pour point commun le fait d’être plus ou moins concernés par les événements, l’agression d’Antoine et la tempête qui vient de passer. On tourne les pages, en se questionnant sur l’objectif que poursuit l’auteur ainsi, mais où veut-il nous emmener, sur quelle piste?  Et la réponse se dévoile tout doucement au fil des pages. Comme dans un roman qu’on pourrait (presque) qualifier de roman policier (j’ai bien dit presque), j’ai émis des hypothèses quant à l’identité du responsable de l’agression d’Antoine, je me suis attachée à d’autres personnages heurtés par le présent. Rien n’est là au hasard, tout prend petit à petit son sens, jusqu’à aboutir au fin mot de l’histoire. La vérité prend vraiment forme vers la fin, même si l’idée nous traverse l’esprit un peu avant.

Maintenant, bref focus sur le style adopté par l’auteur : fidèle à ce que j’avais vu dans son précédent roman, l’auteur semble alterner entre les phrases courtes, parfois mêmes très courtes, et certaines plus longues, s’étalant sur quelques lignes. Tout cela donne son rythme au roman, zéro monotonie. A travers l’intrigue, j’ai également perçu de manière subtile un portrait plus discret, mais bien réel, des problématiques qui secouent notre société actuelle…

En résumé, c’est un roman riche d’intérêt, à recommander à ceux qui apprécient la plume d’Olivier Adam, mais à éviter pour ceux qui seraient à la recherche d’un roman « léger », l’histoire étant plutôt sombre…

Merci à PriceMinister-Rakuten de m’avoir permis de lire ce roman !

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 comments

Laisser un commentaire