La Jouissance – Florian Zeller

Le roman présenté dans cet article fait partie des (nombreuses) publications produites lors de la rentrée littéraire 2012. A la suite de l’émission « La Grande Librairie » d’hier soir, 18 octobre, dans laquelle il était invité, c’est donc du dernier roman de Florian Zeller, La Jouissance (publié aux éditions Gallimard), dont je vais parler aujourd’hui.

la-jouissance - Florian Zeller

Résumé

Nicolas et Pauline forment un couple solide et posé, en plein dans la trentaine… Lui est scénariste, il rêve de réaliser des films comme on n’en fait plus, à la manière de son idole Jean-Luc Godard. Il n’a pas la même vision de l’amour que sa compagne. Elle, c’est une rêveuse romantique, elle rêve d’un amour éternel, passionné et exclusif. Il n’y a pourtant pas d’ombres au tableau de leur amour, mais tout bascule lorsque Nicolas et Pauline s’apprêtent à avoir un enfant… Un rapide parcours de l’Histoire de l’Europe est également offert à la lecture, non sans lien plus ou moins direct avec l’histoire de Nicolas et Pauline…

Mon avis

Avant toute chose, il est important de définir le terme de jouissance. Ce mot se rapporte évidemment au domaine érotique, mais selon Florian Zeller (et d’autres ?), cela se rapporte également à l’idée de liberté, d’instant présent. A travers ce roman, Florian Zeller offre à ses lecteurs une vision douce-amère de ce qu’est l’amour… Nicolas et Pauline ont en apparence tout pour être heureux. C’était sans compter sur leurs frustrations, leurs désirs parfois divergents. Nicolas, bien qu’aimant Pauline ressent le besoin de liberté, de jouir du présent…

La place accordée dans le roman à ce qui est relatif à l’Histoire de l’Europe prend tout son sens. Le Couple Nicolas / Pauline est souvent mis en parallèle au « Couple » franco-allemand, dont l’alliance donne le tempo de l’Union Européenne. Tout est question de négociation, de compromis, mais jusqu’où cela ira t-il…? Je me suis demandée dans un premier temps ce que pouvait bien faire là les chapitres sur l’Histoire de l’Europe, mais au fil de la lecture, mon questionnement s’est progressivement dissipé. Le lecteur appréciera par ailleurs les nombreuses références culturelles et philosophiques apportées tout au long du roman. J’ai notamment apprécié la référence à Jean-Paul Sartre et Simone Signoret, et à leur vision de l’amour (contingent / nécessaire), car même si elle est brève, elle permet de mieux cerner les enjeux au coeur de la relation entre Nicolas et Pauline. Pour celles et ceux qui ont lu « L’Amour dure trois ans », de Frédéric Beigbeder, vous apprécierez sans aucun doute le dernier roman de Florian Zeller. J’ai trouvé l’univers de ces deux auteurs semblables, bien que Frédéric Beigbeder n’ait pas le même style d’écriture, et que les deux romans soient bien distincts l’un de l’autre…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire