Réparer les vivants – Maylis de Kerengal [Masse Critique – Babelio]

Lors de la dernière opération Masse Critique organisée par Babelio, Réparer les vivants était le seul roman que j’avais sélectionné parmi la liste proposée. Les raisons de cet unique choix : sa popularité apparente. Ce livre a été écrit par Maylis de Kerengal, puis publié aux éditions Verticales en janvier 2014. Il a notamment reçu de nombreux prix littéraires, venant appuyer ce succès grandissant : Roman des étudiants – France Culture-Télérama 2014, Grand Prix RTL-Lire 2014, Prix Orange du Livre 2014, Prix littéraire Charles-Brisset, Prix des lecteurs L’Express-BFMTV 2014, Prix Relay des voyageurs – « Europe 1 », Prix Paris Diderot–Esprits Libres 2014.

Réparer les vivants - Maylis de Kerengal

Passionné par le surf, Simon Limbres est un jeune homme plein de vie, entouré et aimé de sa famille et de ses amis. Jusqu’au jour où brutalement son destin bascule ; retour de session, accident de la route, il n’était pas attaché. Arrivé dans un état très critique à l’hôpital, commence alors le début d’un véritable enfer pour ses parents, Marianne et Sean. A l’heure de faire des grands choix, doivent-ils, peuvent-ils seulement accepter de laisser leur enfant partir et reposer en paix ?

Aborder des sujets aussi difficiles que sont le deuil, puis le don d’organes, cela ne semble pas être un exercice facile. Fragments d’existences liés autour d’un même corps, celui de Simon Limbres, ce roman est dense, indéniablement chargé d’émotions. Tout se passe pourtant sur un temps très court (une journée). Il nous donne à suivre le destin de cet homme, depuis ce terrible accident jusqu’au terme de cette histoire.

Le style est à l’image du rythme de l’histoire : tantôt lent, traduisant l’atmosphère pesante, terriblement difficile, dans les périodes d’annonce, de réflexion… ; tantôt rapide, emporté par un élan calé sur le tempo de l’intrigue, les pensées se bousculant, la tension et la colère montant crescendo. Un style très riche, parfois très imagé, qui se démarque de ce que l’on est parfois amené à lire parmi certains best-sellers. Un vrai plus, donc.

Pour en revenir à la question des thèmes abordés dans ce livre, l’auteur a fait, à mon avis, un pari risqué mais réussi en évoquant dans toute sa dimension la question du don d’organes. Un sujet parfois sensible, au même titre que l’idée du deuil, de la douleur de perdre un enfant. Ici, cependant, ce roman permet d’en apprendre plus sur les étapes qui se succèdent, de l’acceptation du don jusqu’à sa destination.

A coup sûr, Réparer les vivants, salué unanimement par la critique, est un roman qui ne pourra pas vous laisser de marbre. Il laissera très sûrement une petite trace en vous, aussi infime soit-elle…

Merci à Babelio et aux éditions Verticales pour cet envoi.

Masse Critique - Babelio

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 comments

Laisser un commentaire