Souviens-toi que l’amour n’existe pas – Diane Gontier

Souviens-toi que l'amour n'existe pas - Diane Gontier Un livre posé sur l’étagère des nouveautés à la bibliothèque, et un titre qui m’interpelle : Souviens-toi que l’amour n’existe pas, premier roman de Diane Gontier, aux éditions Robert Laffont (janvier 2015). Il ne m’en fallait pas moins pour l’emprunter et découvrir ce que pouvait bien me réserver ce livre…

Françoise, personnage principal de ce roman, est une jeune étudiante en droit. En apparence, c’est une jeune fille plutôt classique, qui se partage entre ses cours, ses amies Solène et Charlotte, et sa famille, qu’elle semble néanmoins fuir autant que possible. Mais attention aux apparences, elles peuvent parfois être trompeuses et cacher bien des choses… Quand la journée est terminée, Françoise devient Mila et révèle une toute autre facette de sa personnalité :  elle est alors une sorte de call-girl, indépendante, armée de son masque derrière lequel elle dissimule son visage, séductrice hors-pair, à la sexualité plus que libérée. Personne ne sait, sauf Pierre, l’un de ses plus proches amis, qui peut ainsi intervenir en cas de problème. Françoise / Mila pousse le vice jusqu’à sélectionner ses clients selon ses propres envies. Jusqu’au jour où un certain Vincent Dujols, derrière lequel se cache Philippe Costa, son professeur de droit des affaires, la contacte dans le cadre de ses « activités nocturnes »… Et tout se jouera là : gardera t-elle le contrôle, comme à son habitude ? Sera t-elle manipulée, se fera t-elle démasquer ?

Progressivement, on s’immerge dans le double quotidien de Françoise / Mila, on découvre la façon dont s’organise ses journées, entre cours, sorties et clients. Si la jeune femme en est arrivée là, ce n’est certainement pas par hasard, car même si ce qu’elle fait n’est pas conventionnel,  tout a un sens (au moins pour elle, et c’est déjà beaucoup).  Tout bascule lorsqu’un client pas comme les autres, Vincent Dujols, la contacte pour faire appel à ses « services ». Comme à son habitude, elle se renseigne sur lui, recherche des informations sur Internet, mais ne trouve rien… Probablement grâce au mystère qui entoure cet homme, elle accepte le rendez-vous donné… Et là, alors qu’elle-même se cache derrière son loup, c’est le choc lorsqu’elle reconnaît les traits de Costa, son professeur de droit. Au-delà de toutes les règles qu’elle s’imposait jusqu’alors, elle accepte ensuite de le revoir, sans qu’il ne sache qui elle est vraiment… Domination, perte de contrôle, sexe et séduction… Quelle sera l’issue de cette dangereuse relation ?

Que dire, comment vous traduire ce que j’ai ressenti face à cette lecture ? La tension est quasi-permanente, même si quelques moments de répit sont offerts aux lecteurs, mais elle atteint son apogée à chaque rencontre entre Mila et Costa. Les mêmes questions reviennent, on est tenus par l’envie de connaître le dénouement de cette histoire. Il serait tentant de porter un jugement sur la jeune femme, mais là n’est vraiment pas le but selon moi… Derrière Mila pourrait se cacher n’importe quelle fille de son âge, perdue, blessée et pourtant déterminée à ne plus laisser les hommes avoir la main sur elle et sur son cœur, et ça fait tout de même froid dans le dos. D’autres éléments de l’histoire apportent un intérêt supplémentaire à celle-ci, comme par exemple le lien qui unit Pierre et la véritable Françoise, dont on a envie aussi de connaître le fin mot de l’histoire…

Sans tomber dans l’excès, avec ce qu’il faut de suspense et de justesse, Diane Gontier nous dresse le portrait d’une jeune femme d’une vingtaine d’années qui a tout bonnement perdu ses illusions, guidée par une unique pensée que le titre résume à merveille. Sans pour autant ne serait-ce qu’un instant imaginer aller jusqu’à cet extrême, il m’a été facile de comprendre ce que ressentait Françoise et ce qui a pu la pousser dans cette spirale infernale…

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 comments

  1. Cigalfourmi a dit :

    aucun intérêt ce bouquin, et merci papa Cahuzac, gangster de première classe sans qui ce torchon n’aurait sûrement pas pu être édité. CQFD!!!

Laisser un commentaire