Vous êtes nés à la bonne époque – Matthieu Jung [Masse Critique – Babelio]

A l’occasion d’une deuxième sélection pour l’opération Masse Critique organisée par Babelio (en partenariat avec des éditeurs), j’ai reçu Vous êtes nés à la bonne époque, un roman de Matthieu Jung, réédité en 2013 aux éditions du Livre de Poche (édition originale parue aux éditions Stock durant la rentrée littéraire 2011).

Plutôt adepte des romans ancrés dans la société actuelle, mon choix de cocher ce titre (parmi d’autres) s’est fait dans un premier temps sur la base du titre et du résumé proposé… A l’issue de ma lecture, j’ai préféré, dans un premier temps, laisser décanter les choses dans ma tête, afin d’y voir plus clair dans ce que proposait Matthieu Jung à travers son écrit. De manière sous-jacente, donc, j’y ai perçu une invitation à la réflexion. Réflexion que je vais maintenant tenter de développer, non sans difficultés…

Vous êtes nés à la bonne époque - Matthieu Jung

© Le Livre de Poche

Nathalie Dumont est une quadragénaire parisienne, ophtalmologiste de profession, mère d’une jeune fille de vingt-deux ans, Charlotte. Fraîchement séparée de son ex-conjoint Alain, qu’elle pensait épouser un jour, elle voit alors, à quarante-deux ans, son rêve de concevoir un deuxième enfant s’évanouir. Tourmentée par son horloge biologique que tourne, par cette récente séparation, par le départ de sa fille aux Etats-Unis et par les succès personnels de son entourage, Nathalie s’entoure de monde, cherche à combler le moindre moment de temps libre par des sorties diverses… Jusqu’au jour où elle fait la rencontre d’Arno Genic, un jeune homme de vingt ans, artiste de son état. Malgré leur différence d’âge, le courant passe. Il se créé entre eux un lien fort, mal défini, la peur du regard des autres et la pudeur aidant. Nathalie se confie, Arno l’écoute, ils partagent de bons moments ensemble. Cependant, la quadragénaire se fait vite rattraper par sa nécessité d’enfanter rapidement, pressée par ce rêve dont les chances de réalisation s’amenuisent au fil des années. La fin du roman prend alors une autre tournure, inattendue, il faut bien l’avouer…

Après avoir brossé le portrait d’une partie de la société parisienne embourgeoisée à travers les personnages de Nathalie et de son entourage, Matthieu Jung tend à donner dans l’ironie, poussant parfois légèrement l’exercice plus loin à l’aide d’un style d’écriture légèrement plus caustique.

Dans une société où l’accent est mis sur l’importance de la liberté, qu’il s’agisse de faire ou de penser, on perçoit subtilement à travers le récit de l’auteur le pendant négatif de cette évolution sociétale. En effet, on s’aperçoit rapidement de l’isolement et de la solitude dont semble souffrir Nathalie, appesantie par le poids des obligations sociales et biologiques et par le regard des autres… Le contraste entre cette partie de la population aisée qu’elle et ses amis symbolisent et une autre partie de la société bien plus modeste (pour ne pas dire précaire), représentée par le personnage d’Arno Genic, est également frappant. Le titre, Vous êtes nés à la bonne époque, [vous avez de la chance] prend alors tout son sens (ironique, évidemment).

Ce roman mériterait sans nul doute une deuxième lecture, afin d’en cerner plus profondément les éléments de réflexion qu’a tenté d’apporter Matthieu Jung à ses lecteurs. Je dois tout de même avouer que ce ne sera pas pour tout de suite. Si vous souhaitez une lecture « détente », passez votre chemin. Au contraire, je le recommande à celles et ceux qui souhaitent s’interroger et se lancer dans quelque réflexion au sujet de la société actuelle (attention tout de même, certains pourront y percevoir quelques préjugés, notamment au sujet de la perception qu’a eu l’auteur des besoins des femmes en général). Coup de chapeau quand même à l’auteur, qui a tenté globalement avec succès de se glisser dans la peau d’une femme via son personnage principal. Seul bémol selon moi, la fin, que j’ai trouvé un peu improbable…

Merci à Babelio et aux éditions du Livre de Poche pour cet envoi !

Masse Critique - Babelio

Que vous aimiez Madame Bovary. ou Saphia AzzedineMarguerite Yourcenar. ou Katherine Pancol., Babelio vous invite toute l’année à découvrir des listes de livres. sur la première communauté de lecteurs. en allant sur Babelio.com.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire